- Avec nos pensées, nous créons le monde -
Audio

Seulement 4% des entreprises américaines sont prêtes pour la recherche vocale

Recherche vocale aux USA

Selon une étude de Uberall menée auprès de 73.000 sociétés, 96% des entreprises de taille moyenne et disposant de magasins physiques (“en dur”) ne répondent pas aux critères de préparation à la recherche vocale. Ce pourcentage doit encore être sensiblement le même en France.

Mais que signifie être «prêt pour la recherche vocale?». Demandez à différents référenceurs et vous obtiendrez probablement des réponses différentes: certains discuteront d’un contenu amélioré, d’autres invoqueront des FAQ, etc.

Etape 1 : l’analyse vocale

Uberall a identifié 37 projets qui alimentent directement des plateformes de recherche vocale, parmi lesquels figurent les principaux assistants virtuels. Les 3 ou 4 plus grands sont Google / Maps, Bing et Yelp, mais la liste comprend aussi Facebook, Foursquare, Factual et de nombreux autres. Dont certains sont complètement inconnus et ont peu ou pas de trafic direct et d’utilisateurs.

Outils Recherche Vocale

Uberall a ensuite comparé les listes d’entreprises sur tous ces sites et les a notées en fonction de l’exactitude et de l’exhaustivité de leurs profils dans des catégories assez basiques comme l’adresse, les heures d’ouverture, le numéro de téléphone, le nom de l’entreprise, le site Internet et le code postal.

Ce sont en effet des éléments de profil essentiels au référencement local et à la gestion des listings. Mais au-delà de ce fait fondamental, le rapport n’indique pas clairement comment ces derniers se rapportent à la recherche vocale. Leur logique pourrait être que la recherche vocale est effectuée principalement via des appareils mobiles. Et puisque ceux-ci voient également un pourcentage élevé de demandes d’informations sur des commerces locaux ou hors ligne, il pourrait y avoir un lien direct. La corrélation est donc à prendre avec des pincettes.

Uberall a attribué un score de 1 à 100 à chaque entreprise dans un large éventail de secteurs. Elle a constaté que le score “VSR” (pour Voice Search Readiness) global était de 44.12, une performance assez médiocre. Mais toutes les professions ne sont pas égales face à cette nouvelle façon d’effectuer des recherches.

Parmi ceux qui s’en sortent plutôt bien (score de 90 ou plus) : les dentistes, les magasins d’aliments naturels, les entrepreneurs / rénovateurs de domicile, les avocats de la défense, …

Amazon Voice

Les plus mauvais élèves ? Organisations de protection des consommateurs, représentants du Congrès, avocats d’affaires, galeries d’art et services de mariage. Sous la barre des 2%.

Il y a donc un monde entre ces 2 extrêmes. Seule une infime minorité (4%) des 73 000 entreprises analysées était prête à recevoir une recherche vocale complète.

A l’intérieur de ces 4% (soit environs 3.000 entreprises) les entreprises affichaient les meilleurs résultats (39% des 4%), suivies des entreprises de taille moyenne (36%), puis des PME (25%). Les PME ont été définies comme des entreprises disposant d’une localisation unique (1 seul magasin), les entreprises ayant au minimum 10 sites et les entreprises de taille moyenne se situaient entre les deux.

Au niveau des erreurs les plus fréquentes :

  • les heures d’ouverture (quasi 50% des entreprises concernées)
  • le site web (environs un tiers)
  • l’adresse (environs 25%)
  • le nom de l’entreprise (autour des 25% également, ce qui est énorme)

Etape 2 : l’usage consommateur

En plus de cette première partie d’étude, Uberall a interrogé plus de 1000 utilisateurs de smartphones. 57% ont répondu ne pas utiliser la recherche vocale du tout. Dans les 43% restant presque la moitié l’utilisent au moins une fois par semaine.

Les utilisateurs fréquents ont tendance à le faire depuis la maison ou en voiture, moins souvent en extérieur. Et pour ce qui concerne les entreprises locales, 31% des personnes interrogées ont déclaré utiliser la voix pour rechercher des informations locales avec une certaine régularité.

Conclusion

Ce qui ressort clairement de ces données est que le marché de la recherche vocale se développe et gagne peu à peu du terrain. Et même si nous n’en connaissons pas les volumes précis, des volumes croissants de requêtes parviennent aux assistants virtuels. A votre insu ou non d’ailleurs. Si nous additionnons le nombre d’appareils dotés de Google Assistant, Siri, Cortana ou Alexa, cela représente déjà potentiellement plus de 2 milliards de personnes dans le monde. Dont la majorité n’utilisent pas encore la fonctionnalité (comme nous l’avons vu plus haut) mais qui devraient y venir dans les prochaines années.

Pour accéder au rapport complet de la part d’Uberall vous devrez vous inscrire sur leur site. Mais je pense que ça en vaut la peine si vous voulez vous préparer à cet aspect de la recherche. D’autant plus que vous trouverez dans ce rapport divers conseils et optimisations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.